Outlaws ‘Til The End, le nouvel album de DevilDriver.

DevilDriver

Dez Fafara tells us about Devildriver’s new album Outlaws ‘Til The End

Can you tell us a bit more about the content of your new album Outlaws ‘Til The End ?

Outlaws ‘Til The End is a very ambitious project where we combine outlaw country and heavy metal which has never been done before in the proper manner with the proper guests. We’ve got incredible star guests in this record: everybody from Johnny Cash’s son, John Carter Cash, Randy from Lamb of God, to Hank III, Lee Ving from Fear a famous punk band.

So we took these two genres, we combined them. We used four genres of singers: guys from punk rock, outlaw country, heavy metal and goth rock like Wednesday 13 and we attempted to do what I thought had never been done before and made these outlaw country songs heavy.

How happened the creation of the album with those guests ? What is really different from creating an album only with Devil Driver?

Oh God, a lot of differences ! This thing was very hard to get done, almost didn’t get complete. Money ran out halfway through, the logistics of getting all of these artists on this record was almost impossible but we did it. It was a very different process from what we do in original record where we go in and we record by ourselves. This was a different story I had to apply the places to records I had to apply in the people to record, logistically it was a nightmare but I’m glad that it’s done because it’s something that has never been done and it is absolutely fantastic.

How were the relationships between the members of DevilDriver and your guests ? Did this collaboration go well or not ? Were there any tensions between you ?

No, no tensions. Everybody just wanted to do this thing, to do it a hundred percent and make sure that it came up fantastic.

What does the term « outlaws » refer to?

I think the word “outlaw” when it comes to music, it could be punk rock, it could be outlaw country, it could be heavy metal, it could be blues. These are people who don’t skew their music to make money. They don’t write their music specifically for the radio. They do what they do because they are pure artists. These outlaws of outlaw country Willy Nelson, Waylon Jennings, Johnny Cash, Hank Williams they’re like the “Lemmies” of country. They’re the Lemmy of their genre meaning they’re underground, they did what they did. Just by what they did, they didn’t skewed their art. So this is what outlaw means: to be free musically, I think.

How did you choose the guests of this album? All together with the band or did each of you come up with one guest of his own ?

No, we chose first the guys that we knew we needed to cover Willy Nelson, Waylon Jennings, Johnny Cash, Hank Williams from there we took songs that were their songs and then we brought in some outside songs. Neal from my band, the guitar player, brought in “A Thousand Miles From Nowhere”, Mike brought in “Dad’s Gonna Kill Me” which is an anti-war song, I brought in “Outlaw Man” by the Eagles and that’s how it went done.

There is a country background in your album. If we consider DevilDriver’s previous albums, this is really something new. What does this country influence represent to you ? And why did you choose Country music as an influence for your new album ?

I’ve always found these songs heavy, these writers write some of the best stories I’ve ever heard, some of the most poignant lyrics on the planet are outlaw country and this is why we chose it. I chose it because it has never been done.

Several people told me that I shouldn’t do it and that makes me want to do things even more. I’m not a person that you can tell “don’t do it” because I’ll do it, you know “don’t jump”, I jump. So, this is why we did this: to do something special, to do something different, to do something that has never been done and to start a new genre, frankly. And, this is what’s happening.

I have found myself trying to explain this more to people in Europe or in the UK that if you come to a heavy metal concert, you go to a heavy metal barbecue, you go to a heavy metal tour bus or backstage, you hear Slayer into Johnny Cash, Johnny Cash into Pantera, Pantera into Willy Nelson. I mean it’s a very common thing to hear outlaw country at a heavy metal barbecue.

This is apparently the first volume of Outlaws ’til the End, we do hope for a second volume, is it going to follow the same path or not ?

Well, it definitely will be country and I don’t know when it will be done. Like I said, I thought this would be ok, it’s gonna be three years between records since we are working on a double album, let’s give them something special, let’s go into to do something easy, a cover record and this was not easy, far from that.

There was a time four months ago, when I told my wife : “I don’t even think this thing is gonna get done”. So, I don’t know when the next one is gonna happen. The reason we split the album in two volumes is because I had about fifty people who wanted to be on the next record and four or five of them are the biggest fans on the planet. So, I just don’t know when I’m gonna do it and I don’t know if I’m looking forward either because this is a tremendous amount of work so we’ll see if it happens.

About live performances, how are you going to deal with the parts played or sang by the guests you chose ?

Well, this thing was not really built to do live. I don’t know we are going to do it. If guests come out in certain cities, we may do some songs but this was meant to be specifically for the fans of heavy metal and give them something cool to listen to before the next Devil driver double record.

So if people see one of your concerts in the following months, they won’t hear any songs from Outlaws ‘Til The End ?

Well, I don’t know. We’re really playing around with it. There’s only two songs that we did without guests “Outlaw Man” by the Eagles and “A thousand Miles From Nowhere”. So, we’ll see if we gonna throw some of those in.

What are your impressions about your fans’ reaction to your new album ?

Well, I think the American audience is very excited because they’ve been waiting for somebody to do something like this for fifteen/twenty years. I mean they’re very excited.

The European audience and the audience in the UK have to be taught, they have to be schooled on what this is, on the danger of this, of an heavy metal band trying to this and that’s why we did it cause I think Devil driver was the perfect band to go ahead and try to do this.
Our fanbase really likes the covers that we’ve done: if it’s “black soul choir” or “sail”, they really liked our covers. So this was something that we decided to do and I think that the European audience and the UK audience are gonna come around. I think they really gonna love this record and they’re gonna understand how dangerous it is to put these two things together and when they’ll hear how well we’ve done it and how successful it came out, I think there is gonna be applause.

Do you think you are going to create a new fashion of mixing genres among metal musicians ?

Lee Ving said in an interview: “Dez Fafara has started two genres already. He started Nu metal and he started Groove Metal”. Last year Spotify added the term “groove metal” and put us at the top of the list. And Lee Ving said that maybe now I have started another new genre. So, I just don’t know, I did something very special to me and I’m just holding my breath now because it is so different and it’s never been done. I’m just holding my breath while it gets pulled out there and we gonna see what happens.

Do you hope that other bands do the same thing in the future or not ?

I got a text last night from a friend of mine in Dallas, Texas, that was at a nightclub and took a picture of a flyer that said: “heavy metal country band, an heavy metal covers country next week”. So this is what’s happening now. I’m seeing this starting to happen before the record even came out. We’ll see if it creates a genre. I’d like to see it happen.

What do you hope from this new album ?

My aims are that people see that we did try to do something very unique and something extremely hard to do and we did it for the labour of love, the labour of music, the love of our fans, to give them something absolutely special, to give the music community something that has never been done before. I don’t know how many people can say that right now. Heavy metal in the United States is in really bad state meaning heavy heavy bands are going under. You know people are going to really heavy heavy shows so bands now are selling out they are becoming radio bands. They are hiring writers to write their music. Some of the biggest heavy metal bands that we know now are not heavy metal bands. They are active rock bands and people think they are heavy metal. So I want to something heavy, brutal, different in the face of all this bullshit pop radio metal that’s going on, all the bands that sing heavy verses and then go in the big clean choruses to sell their music. Fuck that ! I’m not about that at all because it’s art that skews. The art that skews itself for money, the art that skews itself for monetary game, that’s the art that you never want to pick up, that’s bullshit.

Have you got any regrets about this album?

I called Danzig, he was the first guy that I called and he said he was gonna be on it but he caught up in shows and in recording his other songs so he couldn’t be on it. That’s my biggest regret is that I didn’t get Glenn on. So for the next one, I’m definitely gonna get Glenn on !

Did this album create any new friendships ?

The Fafara family and the Cash family became very very close. I was talking to John Carter Cash this morning and it was like we’re gonna have a project together so we’ve made good friends during this. I made great friends with Lee Ving who was my childhood punk rock idol and I’m definitely going to work with John Carter Cash in the future so that’s all good.

What is the thing you enjoyed the most during this record ?

I think partnering up with Randy from Lamb of God and tracking with him in my house, watching him track or watching me track or tracking with John Carter Cash and Ana Cash at the Cash Cabin, absolutely phenomenal.

We thank you very much for your answers and we would like to let you have the last words of this interview.

Pick up Outlaws till the End, turn it on volume 10, blast it as loud as you can and enjoy something that has never been done before. Keep it heavy, keep it Devil driver and thank you very much for support !

Dez Fafara nous parle du dernier album de Devildriver Outlaws ‘Til The End

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le contenu de votre nouvel album « Outlaws ‘Til The End » ? 

Outlaws ‘Til The End est un projet très ambitieux où nous combinons l’outlaw country et le heavy metal ce qui n’a jamais été fait de la bonne manière auparavant avec des invités appropriés. Nous avons des invités incroyables sur cet album comme John Carter Cash, le fils de Johnny Cash, Randy de Lamb Of God, Hank 3 , Lee Ving de Fear, un groupe punk connu.

Nous avons donc pris ces deux genres musicaux et les avons combinés. Nous avons utilisés quatre styles de chanteurs différents: des mecs du punk rock, de l’outlaw country, du heavy metal et même du goth rock comme Wednesday 13. Nous avons tenté de faire ce que nous pensions n’avoir jamais été fait avant et nous avons transformé ces chansons outlaw country en chansons heavy.

Comment s’est déroulée la création de l’album avec tous ces invités ? Était-ce vraiment différent d’un album créé uniquement avec DevilDriver ?

Oh mon Dieu, c’était tellement différent ! Cet album a vraiment été difficile à terminer et a même failli ne pas être complet. L’argent s’est épuisé à mi-chemin, la logistique pour mettre tous ces artistes sur cet album était presqu’impossible mais nous y sommes arrivés.

C’était un processus très différent de ce que nous faisons d’habitude, où nous enregistrons de nous-même. Ici, c’était une toute autre histoire, j’ai dû trouver des endroits où enregistrer, des gens pour enregistrer… D’un point de vue logistique, c’était un cauchemar mais je suis heureux que ça soit fait parce que c’est quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant et c’est absolument fantastique.

Comment étaient les relations entre les membres de DevilDriver et les invités? Est-ce que cette collaboration s’est bien déroulée ou pas ? Y avait-il des tensions entre vous ?

Non, aucune tension. Tout le monde voulait simplement faire cet album, le faire à cent pourcents et s’assurer que le résultat soit fantastique.

À quoi le terme « Outlaws » fait-il référence?

Je pense que le terme “outlaw” (hors-la-loi) quand il s’agit de musique, pourrait renvoyer au punk rock, à l’outlaw country, au heavy  ou encore au blues. Ce sont des gens qui ne distordent pas leur musique pour faire de l’argent. Ils n’écrivent pas leur musique spécialement pour la radio, ils le font parce que ce sont de pures artistes. Ces hors-la-loi de l’outlaw country sont Willy Nelson, Waylon Jennigs, Johnny Cash, Hank Williams sont comme les “Lemmy” de la country. Cela veut dire qu’ils sont underground, qu’ils ont fait ce qu’ils ont fait simplement sans distordre leur art. C’est ce que veut dire “outlaw” selon moi, être libre musicalement.

Comment avez-vous choisi les invités de cet album ? Tous ensemble ou est-ce que chaque membre est venu avec un invité de son choix ?

Non, nous avons d’abord choisi les gars dont nous voulions faire les covers à savoir Willy Nelson, Waylon Jennings, Johnny Cash, Hank Williams. Ensuite nous avons ajouté des chansons extérieures: Neil, notre guitariste a amené « A Thousand Miles From Nowhere », Mike a amené “Dad’s Gonna Kill Me” qui est une chanson anti-guerre et j’ai amené « Outlaw Man » des Eagles, c’est comme ça que cela s’est passé.

Il y a une forte influence country dans cet album. Si l’on considère les précédents albums de DevilDriver, on constate que c’est quelque chose de tout à fait neuf. Qu’est-ce que cette influence country représente pour vous ? Pourquoi avez-vous choisi la musique country comme source d’inspiration pour ce nouvel album ?

J’ai toujours trouvé ces chansons heavy, ces artistes écrivent les meilleures histoires que je n’ai jamais entendues, les paroles les plus poignantes de la planète sont issues de l’outlaw country et c’est pour ça que nous avons choisi de nous en inspirer. J’ai choisi cette influence parce que cela n’avait jamais été fait.

Plusieurs personnes m’ont dit que je ne devrais pas et cela m’a encore plus donné l’envie de le faire. Je ne suis pas une personne à qui on peut dire “ne fais pas ça” parce que je le ferai, si on me dit de ne pas sauter, je saute. C’est donc pour ça que nous avons fait ça: pour faire quelque chose de spécial, quelque chose de différent, qui n’avait jamais été fait, pour créer un nouveau genre. Et c’est ce qui est en train de se passer.

Je me suis retrouvé à devoir plus expliquer aux Européens et aux Anglais mais si tu vas à un concert d’heavy métal, à un barbecue heavy métal ou dans un tour bus ou des backstages heavy metal, tu entends Slayer, Johnny Cash, Pantera et Willy Nelson l’un à la suite de l’autre. Je veux dire que c’est vraiment une chose très courante d’entendre de l’outlaw country à un barbecue heavy metal.

C’est apparemment le premier volume d’Outlaws ‘Til The End, nous espérons donc un second volume, est-ce qu’il suivra le même chemin que le volume 1 ?

Eh bien, ce sera définitivement country et je ne sais pas encore quand il sera fait. Comme je l’ai dit, je pensais que tout irait bien, qu’on se laisserait trois ans entre les deux albums. Je pensais qu’on pourrait donner un truc spécial, en faisant quelque chose de simple, un album de covers et ce n’est pas simple, loin de là.

Il y a quatre mois d’ici, j’ai dit à ma femme que je ne pensais même pas que l’album finirait par être achevé. Donc, je ne sais pas quand la prochaine sortie aura lieu. La raison pour laquelle nous avons divisé l’album en deux est parce que nous avions plus de cinquante personnes qui voulaient être sur cet album. Donc, je ne sais pas quand je le ferai ni si j’ai vraiment envie de le faire parce que c’est un travail titanesque, on verra si ça se produit.

À propos des concerts, comment allez-vous faire pour jouer les morceaux avec invités en live ?

Eh bien, cet album n’a pas vraiment été pensé pour être produit en live. Je ne sais pas si on le fera. Si certains invités viennent dans certaines villes où nous nous produisons, nous pourrions faire certaines chansons mais cet album a été spécialement pensé pour les fans d’heavy metal, pour leur donner quelque chose de cool à écouter.

Donc si on va voir vos concerts dans les mois à venir, on n’entendra rien du nouvel album “Outlaws ‘Til The End” ?

Eh bien, je ne sais pas. Il y a seulement deux chansons sans invités, à savoir : « Outlaw Man » des Eagles et « A Thousand Miles From Nowhere ». Nous verrons si nous les ajoutons à notre setlist.

Quelles sont vos impressions concernant la réaction de vos fans à votre nouvel album ?

Eh bien, je pense que le public américain est très excité par qu’ils ont attendu que quelqu’un fasse ce genre de chose depuis quinze à vingt ans. Je veux dire, ils sont vraiment très excités.

Les publics européens et anglais doivent être éduqué à ce genre de style, au danger que cela représente pour un groupe d’heavy métal d’essayer ça. Nous avons décidé de prendre ce risque parce que je pense que DevilDriver était le groupe parfait pour essayer ça.

Notre fanbase aime vraiment bien les covers que nous avons faites que cela soit « Black Soul Choir » ou « Sail » ils ont vraiment appréciés. Donc je pense que les publics anglais et européens suivront. Je pense qu’ils aimeront cet album et qu’ils comprendront combien c’était dangereux de mettre ces deux choses ensemble et quand ils entendront ce que nous avons fait, je pense que cela sera applaudi.

Pensez-vous que vous allez créer une mode de mélanges de genres chez les musiciens de métal ?

Lee Ving a dit dans une interview : « Dez Fafara a déjà lancé deux genres : le nu et le groove métal ». L’an dernier, Spotify a ajouté le terme « groove métal » et nous a placé en haut de la liste de ce genre. Lee Ving, quant à lui, pense que j’ai peut-être encore lancé un nouveau genre. Donc, je ne sais pas, j’ai fait quelque chose qui m’était cher et maintenant je retiens juste mon souffle car c’est tellement différent et jamais vu. Je retiens mon souffle pendant que ça sort et on verra ce qu’il se passe.

Est-ce que vous espérez que d’autres groupes suivent votre chemin ?

J’ai reçu un sms d’un ami de Dallas au Texas. Il était à un nightclub et il a pris une photo d’un flyer qui disait : « groupe de heavy country, un cover heavy metal de country la semaine prochaine ». Donc c’est ce qui se produit pour le moment. Je vois que ça commence même avant la sortie de l’album. On verra si ça amène à la création du genre, j’aimerais voir cela se produire.

Quelles sont vos attentes par rapport à cet album ?

Mon but est que les gens voient que nous avons essayé de faire quelque chose d’unique, d’extrêmement difficile à faire et nous l’avons fait pour l’amour de la musique, l’amour de nos fans à qui nous voulions donner quelque chose de spécial. Nous voulions donner quelque chose de jamais vu auparavant à la communauté musicale. Je ne sais pas combien de gens peuvent dire ça maintenant.

Le heavy metal aux États-Unis est en très mauvais état, dans le sens où les groupes de heavy metal sont en train de sombrer. Vous savez, les gens vont à des concerts très très heavy donc les groupes vendent plus et deviennent des groupes de radio. Ils engagent des paroliers pour écrire leurs chansons. Certains des plus grands groupes de heavy metal n’en sont pas vraiment. Ce sont plutôt des groupes de rock très actifs et les gens pensent qu’ils sont heavy métal.  Donc je veux quelque chose d’heavy, de brutal, différent vis-à-vis de de cette merde de metal pop qui passe à la radio, tous les groupes chantent des couplets heavy et des gros refrains clean pour vendre leur musique. Je ne suis pas intéressé par cela car c’est de l’art distordu. L’art qui se distord pour l’argent, le jeu monétaire, c’est l’art qu’on ne veut pas choisir, c’est de la merde.

Avez-vous des regrets à propos de cet album ?

J’ai appelé Danzig, c’était le premier mec que j’ai appelé et il a dit qu’il serait sur l’album mais il a été pris entre les concerts et l’enregistrement de ses autres chansons donc il n’a pu être présent. C’est mon plus grand regret. Pour le prochain j’essaierai absolument d’avoir Glenn dessus.

Quelle est la chose que vous avez le plus appréciée pendant cet enregistrement ?

Je pense que c’est collaborer avec Randy de Lamb Of God et enregistrer avec lui ou encore avec John Carter Cash et Ana Cash à la Cash Cabin, c’était absolument phénoménal.

Cet album a-t-il créé de nouvelles amitiés ?

La famille Fafara et la famille Cash sont devenues très très proches. Je parlais à John Carter Cash ce matin et c’était comme si nous allions monter un projet ensemble. Donc nous nous sommes fait de bons amis pendant cet enregistrement. Je me suis lié d’amitié avec Lee Ving qui était l’idole punk rock de ma jeunesse et je vais définitivement travailler avec John Carter Cash dans le futur et c’est tout bon.

Nous vous remercions pour vos réponses et nous voudrions vous laisser adresser un dernier mot à nos lecteurs.

Choisissez “Outlaws ‘Til The End”, mettez le volume sur 10, faites-le exploser aussi fort que vous le pouvez et appréciez quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant. Restez heavy, suivez DevilDriver et merci pour votre soutien.

DevilDriver
Vous aimez ce contenu ? Partagez le !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on Reddit
Reddit
Print this page
Print
Email this to someone
email

0

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils